La capsulite rétractile et tous ces patients qui s’en sortent

J’y suis confronté très régulièrement au cabinet. Le diagnostic est souvent assez rapide, il faut bien se rendre compte que de légères douleurs de l’épaule, tout le monde en a eu et dans 90% du temps cela passe et on l’oublie en moins d’une semaine. Donc quand un patient fait la démarche de venir au cabinet pour une douleur d’épaule, c’est qu’on est au-delà d’une simple gêne passagère.

Deux signes qui distinguent la capsulite rétractile d’une gêne passagère

Et ce qui change ce sont souvent 2 facteurs qui alarment :

  • 1 La durée : la douleur ne passe pas même après plusieurs semaines.
  • 2 La perte de mobilité : on se rend compte au fil des semaines qu’un des deux bras ne peut plus réaliser des mouvements aussi amples que le premier, cela alerte et peut faire peur.
Parmis les mouvements qui deviennet compliqués, le fais d’enfiler un T-shirt ou dégrafer un soutient gorge reviennent souvent.

Une abduction caractéristique de la capsulite rétractile 

Très souvent, lorsqu’on demande au patient une double abduction en latérale (écarter les bras du corp), on voit l’épaule se surélever très tôt du côté atteint (flèche orange ci-dessous).

Que se passe-t’il ?

Les fibres de l’articulation principale de l’épaule, la gléno-humérale sont fibrosées et donc beaucoup moins élastiques.

Fibrose, inflammation et raccourcissement des fibres de la gaine synoviale

Alors le mouvement d’abduction s’arrête trop top puisqu’il provoque la mise en tension de fibres trop « courtes » et la douleur arrive. Le patient se sert alors des autres articulations impliquées dans le mouvement pour compenser. On voit très bien dans cette vidéo la décomposition du mouvement en une première partie où la clavicule ne bouge pas et la seconde partie ou tout le bloc monte. Le patient hisse l’épaule vers le haut à ce moment-là. En présence d’une capsulite rétractile, ce hissement, cette compensation, apparaissent trop tôp, parfoit, dès 40° d’abduction comme sur la photo ci-dessus.

L’acromio-claviculaire et la sonnette externe (glissement de l’omoplate en dehors et en haut) prennent trop rapidement le relais sur l’articulation principale de ce mouvement à savoir la scapulo-humérale.

Les autres symptômes de la capsulite rétractile

En termes de symptômes, on peut trouver des douleurs même nocturnes sur la face latérale du bras, des sensations de coup d’électricité sur certains mouvements. Ce sont de véritables rappels à l’ordre lorsqu’on avait oublié la douleur. On retrouve aussi la difficulté à s’habiller, se coiffer, ces gestes de la vie quotidiennes sollicitent une bonne amplitude de l’articulation de l’épaule, ce justement à quoi s’attaque la capsulite rétractile. En général on retrouve une rotation externe ainsi qu’une flexion transversale de l’épaule diminuée. Ce sont donc des signaux qui nous mettent sur la voie diagnostic. Les anti-inflammatoires peuvent soulager mais ne résolvent pas le problème.

Qui peut être atteint par une épaule gelée

Aussi appelé épaule gelée (frozen shoulder en anglais), les profils de patients qui sont concernés sont variés bien que majoritairement féminins et en période de périménopose. Une majorité des cas que j’ai pu diagnostiquer étaient cependant des quinquagénaires actifs voir très actifs tel que des profs de danse ou des pratiquants quotidiens de yoga. Cela pourrait s’expliquer par l’apparition de micro lésions dans la zone de l’épaule à cause d’une activité importante. Cela provoque alors une inflammation et un processus de cicatrisation plus important que la moyenne, ce qu’on retrouve généralement sur une capsulite rétractile.

En général on sait qu’il existe des facteurs favorisants. Les épisodes de dépressions, les chocs émotionnels et les interventions chirurgicales sont par exemple souvent retrouvés dans les antécédents des patients.

Les traitements de la capsulite rétractile

Après des années à être confronté à cette pathologie à travers nombre de patients, j’ai fait le trie de ce que je considère comme efficace, après de bons retours patients et le reste. Je privilégie donc certains exercices, certaines habitudes et certains conseils qui n’engagent que moi. J’y consacrerais un article complet d’ici peu, début 2022 pour vous partager mes retours d’expérience. en attendant, je vous partage une vidéo non répertoriée que j’avais réalisée pour une patiente. Si vous être tombé sur cet article c’est certainement que vous en avez besoin, alors n’hésitez pas.

Si vous voulez m’aider à partager ce type d’infos, laisser un commentaire, abonnez-vous à la chaine Youtube ou au compte instagram https://www.instagram.com/kalosteo/

À bientôt

Autre article sur la musculation :https://kalosteo.com/decouvrir-la-musculation-sans-pejuges/

Maximilien Vergnaud ostéopathe – KALOSTEO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.